Journée du souvenir des victimes de la déportation

Le dernier dimanche d’avril est chaque année dédié à la célébration de la mémoire des victimes de la déportation dans les camps de concentration et d’extermination nazis lors la Seconde Guerre mondiale.

A Aulnay le dimanche 28 avril, de nombreux élus de la ville étaient réunis pour commémorer ces heures sombres de notre histoire.

Vous trouverez ci-dessous le discours de Martine Pellier élue en charge du devoir de mémoire:

Bonjour à tous,

Instauré en 1954, la journée nationale du souvenir de la déportation était une demande des survivants de la déportation et des familles des victimes pour préserver la mémoire des évènements qui ont eu lieu pendant la seconde guerre mondiale, et qui ont entaché à jamais l’histoire de l’humanité d’une marque sanglante et de la barbarie la plus extrême.

Ne pas oublier : voilà l’essentiel.

A en croire l’adage, « l’histoire est un éternel recommencement ». Nous devons refuser cet état de fait.

Je préfère une autre formule.

« L’histoire est la mémoire du monde », et c’est à nous qu’il revient de la préserver.

L’état français de l’époque et des citoyens français, certains par obligation, ont participé à la déportation, à l’emprisonnement dans des conditions inhumaines et au massacre de millions d’êtres humains.

Nous ne devons pas l’effacer, nous ne devons pas le cacher.

Survenue souvent après les épreuves de l’arrestation et de l’internement, la déportation dans ses finalités répressive ou exterminatrice a touché des dizaines de milliers de nos compatriotes mais également ceux qui avaient pensé trouver asile sur notre sol.

La peur, la honte, le repli sur soi, l’abandon des valeurs de chacun et l’obéissance aveugle à une autorité abusant de sa force c’est cela autant que la folie d’un petit nombre qui a causé tant de douleurs.

Revenir sur le passé reste un préalable indispensable pour faire comprendre la tragédie humaine de la Déportation.

Jamais il n’a été plus indispensable de rappeler notre passé concentrationnaire qui peut sembler lointain aux générations nouvelles.

Rappeler aussi les actions non moins importantes d’un petit nombre qui ont risqué leur vie et celle de leur famille pour s’opposer au totalitarisme et à la barbarie par tous les moyens. Les justes qui ont abrité et sauvé, les résistants qui ont lutté malgré leurs pauvres moyens, les forces libres qui sont revenues pour libérer, nous ne les oublions pas non plus, ils font aussi partie de la mémoire de cette époque.
Les enseignements que nous en tirons restent actuels à nos yeux.
Malgré le temps qui passe et les mémoires qui s’éteignent, nous avons aussi le devoir de rappeler les leçons de notre histoire qui appellent à la lucidité et à la vigilance.
Loin de disparaître, le fanatisme, le racisme, la xénophobie ne cessent de ressurgir à travers un monde agité par des passions nationalistes et religieuses et des désordres économiques.

Les images choquantes des camps, la vision des atrocités, les témoignages des survivants font état d’un telle barbarie que nous pouvons être tenté de nous dire qu’un recommencement est impossible, que personne ne serait capable de commettre encore des telles atrocités.

Force est de constater que ce n’est malheureusement pas le cas.

« La liberté, c’est toujours la liberté de l’autre » disait Rosa Luxembourg, elle aussi assassinée parce qu’elle pensait différemment, parce qu’elle se battait pour un monde plus juste.

Il importe de ne pas laisser sombrer dans l’oubli les souvenirs et les enseignements d’une telle expérience, ni l’atroce et scientifique anéantissement de millions d’innocents, ni les gestes héroïques d’un grand nombre parmi cette masse humaine soumise aux tortures de la faim, du froid, de la vermine, de travaux épuisants et de sadiques représailles.

Je n’oublie pas, nous n’oublions pas, nous transmettons.

Je vous remercie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :